Prochaines dates

nous avons bien ri en 2016!

à suivre pour 2017.

Infos pratiques

Horaires : soirée 18h à 20h30 environ / journée 9h – 18h.

Lieu : à définir pour 2017.

Prix : CHF 250.- dont  Frs 50.- d’arrhes non remboursables à l’inscription et Frs 200.- lors de la soirée.

Nombre de participants : dès 6 femmes et plus on est, plus on rit !

Prérequis : la pratique du Chant de Grâce et l’Echo de la triple déesse ou sur entretien préalable. Ce stage de rire sacré des femmes peut être refait plusieurs fois. Il accueille aussi sur la journée extatique d’anciennes rieuses des stages précédents pour cultiver l’humour au féminin !

Repas : pour la journée, pique-niques individuels ou repas canadien. En-cas sur place.

Le rire vous suit

L’atelier peut se donner également en version courte, de 2h – 3h ou en découpages d’une heure durant des festivals. C’est ainsi que rions entre femmes à Puissance de Femme depuis 2015 et à Féminaissance depuis 2016. Contactez-moi si vous êtes intéressée.

Jusqu’au IVe siècle, époque où ces rites ont été interdits, les femmes se rencontraient dans la ville d’Eleusis, près d’Athènes.

Elles y célébraient des Mystères auxquels elles se préparaient et dont le contenu nous est parvenu par bribes grâce à Aristophane, poète comique et à des écrits sur les mystères de Demeter (Homère, Ovide, Clément d’Alexandrie). Ceux-ci ont été travaillés à la lumière de la psychanalyse et en particulier par Tobie Nathan, ethnopsychiatre, qui a pu les mettre en lien avec les rites de guérison traditionnels tels qu’ils existent en Afrique et en Asie.

Pourquoi des rites destinés aux femmes ?

Dans toute la méditerranée jusqu’en Asie, ce sont les femmes qui sont chargées de porter le renouveau de la nature : un rite de déshibernation très répandu. En tant que porteuses traditionnelles de vie, de reliance et d’unité, elles sont seules habilitées à remettre un ordre naturel et cosmique dans le chaos engendré par un cycle saisonnier qui semble interrompu et par les écarts, les abus de la société d’autre part.

Du rire pour traverser la souffrance

Ces rites sont fondés sur le pouvoir des femmes à l’autodérision, aux facéties, au rire sauvage qu’elles vont chercher jusque dans leur ventre. Ce rire entre femmes est l’un des meilleurs remèdes encore en usage! Leurs sexes à découvert expriment le pouvoir de celui-ci (indépendamment de la soi-disante suprématie du phallus), leur potentiel créatif non astreint à la reproduction.

C’est ce que nous allons retrouver pour nous désidentifier de ce qui nous amène au désordre intime : des croyances de soumission, d’infériorité, d’impuissance ou celles de superwoman, de mère abusive et toute puissante, qui font de nous et de nos proches des êtres-victimes perpétuels.

La Terre Mère (Demeter)

La Terre Mère (Demeter) nous aidera durant l’hiver à métamorphoser ces attitudes restrictives.

Notre rencontre au temps des Carnavals originels nous permettra de plonger dans le mythe de la rencontre entre Demeter et Baubô et de libérer dans une journée de rires de plus en plus sauvages, notre élan vital et régénérateur.

Le temps du rire

  • cueillette en septembre de végétaux, de minéraux, de dons d’animaux
  • rencontre d’octobre au soir : échanges sur les thèmes, fabrication d’un objet de pouvoir destiné à la Terre Mère, musique. Amenez votre cueillette à partager et de quoi écrire.
  • Rituel pour enterrer l’objet de pouvoir
  • Janvier, Février : écriture selon les instructions données; préparation à l’autodérision.
  • Journée de février : journée extatique. Préparation du corps; le pleurer et le rire; Etre Demeter; préparation à la possession de Baubô en tant que clown sacré; création de Iacchos; rituel de désidentification. Un mail sera envoyé aux participantes pour les détails pratiques.