Le Cercle de grâce se réunit 4 fois durant l’année pour la pratique de cérémonies reliant notre être profond aux mouvements cycliques de la Nature : équinoxes et solstices. Notre féminin intérieur sait intuitivement comment se relier à ces forces. Mais notre stress quotidien, le repoussoir de notre société trop active, nos croyances personnelles, nous empêchent trop souvent de nous connecter. Ainsi, le besoin se fait sentir de telles pratiques au coeur desquelles des valeurs humaines, sensibles, intègres, connectées aux forces élémentaires puissent s’exprimer sans aucun jugement et dont on ressort l’âme nourrie, ressourcée en profondeur, prête à essaimer (tiens le verbe « aimer » !) ce qui nous a été offert dans ce temps d’ouverture, de réceptivité particulière.

Les femmes qui participent ont une base commune : le stage initiatique « Le Chant de Grâce ». Ce fondement est essentiel pour que les tambours, la voix, le corps, trouvent leur place sans attente et sachent accompagner tout ce qui se vit de spontané durant ce temps de cérémonie. Une manière particulière d’Etre dans l’accompagnement des femmes est initié lors du stage initiatique (tambours et voix) et se poursuit lors des cercles. Des amies peuvent être invitées à participer si elles se préparent à l’Intention proposée.

Vous l’aurez compris : ce Cercle de grâce n’est pas un cercle de parole entre femmes. Ce n’est pas non plus juste un Cercle de tambours. Ce n’est pas non plus une copie de Cercle traditionnel amérindien s’il en existait un d’arché-tipi(!)-que.
Alors ?

[La grâce]

« un temps sans effort, sans analyse, sans peur ».
-Luis Ansa

Le cercle est un temps de recueillement, d’intériorité complice -parfois jaillissante- porté par des séquences sonores dont la forme est reliée au temps de l’année. Créatif, aucun Cercle ne se ressemble. Il suit toutefois une Intention créative pour laquelle chaque femme se prépare un mois auparavant. Il implique respect et engagement pour chacune des femmes présentes.

Témoignages

« Tout d’abord j’ai envie de remercier pour ces moments précieux offerts. J’aime cette vision d’âmes féminines qui se rencontrent, s’aident, se soutiennent, s’aiment, partagent des moments intenses. C’est un cadeau et il y a peu d’endroit où l’on peut être soi et se laisser vivre ces moments accompagnés par tant de sensibilités et de finesses. »

« Je souhaitais me reconnecter à la femme que je suis mais qui était profondément blessée, mais aussi et cela n’a pas été facile au départ, pouvoir le vivre en entrant dans un groupe de femmes. Il m’a été difficile de me sentir en confiance dans ce cercle de femme qui était pour moi un lieu inconnu, j’avais peur du jugement, de l’exclusion, des médisances. J’étais dans la peur et cherchais un moyen de passer incognito, être comme tout le monde.
C’est quoi être comme tout le monde et qu’est-ce qu’on attend de moi ? Qu’est-ce que je viens faire dans ce cercle ? Des questions que je me suis posée, des hésitations à entrer vraiment, j’y suis rentrée comme une souris, par un petit trou et petit à petit, j’ai grandi et trouvé mes réponses.
Je remercie du fond du coeur pour le soin, la qualité, la réflexion, la sensibilité et l’Amour qui est offert à la Femme dans ce Cercle (et du coup, à l’homme aussi, qui forcément réajuste sa place d’homme vrai et pur auprès de la femme vraie et pure). Je sens cette démarche en effet nécessaire et complètement d’actualité. »
-C. R.

« Je sais maintenant que ce que j’ai envie d’y trouver, c’est cet Amour de femme, ce mouvement de femme, ce choeur. D’ailleurs, le moment que j’ai le mieux reçu lors de notre dernier cercle, c’était le moment du “choeur douceur” final. Tant de femmes ensemble, célèbrant un tout, une Unité et chacune repart avec son trésor intime enrichi de ce Tout ! »
-V.O.

Merci aux femmes qui ont trouvé des mots et le souhait de les partager avec vous.

Au centre de notre Cercle : un serpent dont la mue évoque notre propre transformation et la qualité de sagesse des anciennes qui ont parole à nos cercles.

Au centre de notre Cercle : les 4 directions symbolisés par des pierres et des plumes. Force, puissance / légèreté, finesse et… humour.

Cercle de Femmes

Au centre de notre Cercle : chaque femme dans son Pouvoir retrouvé, écho à d’autres femmes non présentes et résonnance de celles présentes dans le cercle.

Au centre de notre Cercle : Bisonne Lune notre Tambour Mère. Créé à l’automne 2013 il est battement de la Terre Mère, ressourcement de puissance et de vitalité pour chacune de nous.

A vivre… Car la musique est hors des mots et les maux autant que les bonheurs se disent dans cette complicité.

Le financement de Frs 10.- par soirée permet la location du lieu de rencontre et le remboursement des frais des animatrices. Quelques tambours sont prêtés sur demande.

Regroupe dans le Cercle de Grâce les Femmes Blanches c’est à dire les femmes ménopausées. Elles ont pour rôle principal lors de nos cérémonies de clore la réunion en faisant circuler leur bâton de parole pour dire quelques mots de synthèse et de sagesse*. Elles ont la charge d’apporter d’une fois à l’autre le grand serpent arc-en-ciel et leur bâton de parole. Ce sont elles les créatrices et artisanes de notre serpent ainsi que des deux housses enveloppant leur bâton de parole et notre tambour-mère Bisonne Lune. Ces créations font partie de la Cérémonie des Femmes Blanches. Pour intégrer ce Cercle il est proposé un rite de passage où le Cercle des Anciennes initie et accueille les femmes nouvellement ménopausées. Les femmes en font la demande par mail ou par lettre à l’une d’entre elles. Chaque femme est accompagnée dans la préparation de sa cérémonie.

Le Cercle des Anciennes

Contact : Eliane Baudin, e-mail.

*la parole est donnée à toutes les femmes ménopausées qu’elles aient fait le rite de passage ou pas.

Les guérisseuses

Au sein de notre Cercle de Grâce, nous avons le rêve de faire vivre les recettes de soins de nos grands-mères, pour que le potentiel de guérison local indigène nous reste préservé.  Un groupe de trois femmes a commencé à se rencontrer et à partager les idées de ce qui pourrait être inclus dans la partie guérisseuse de nos cérémonies saisonnières : Rencontres, ballades de plantes, cours sur les compresses, utilisation de la lune dans nos soins ou lors de cueillettes, les pierres et leurs vertus etc.

Ce Cercle grandit grâce à nous toutes, contact : Isabelle Iselin, e-mail.

Le Tambour Mère « Bisonne Lune »

Un Tambour Mère au cœur de notre cercle : un centre qui pulse, qui rassemble, qui unifie, qui permet de revenir à Soi et en reliance avec ce qu’il y a de plus fondamental, la Terre Mère.

TambourC’est ce que nous permet de vivre ce Tambour, enfin réalisé en 2013. Traditionnellement joué lors des rassemblements par les amérindiens natifs, il est ici replacé musicalement et symboliquement dans notre contexte. Il fallait que le Cercle soit suffisamment grand et solide dans ses intentions, autonome, intuitif tout autant que pragmatique (!) pour le faire résonner, vivre durant les cérémonies mais aussi le garder et s’en occuper entre celles-ci. Le réaliser, c’était faire ce constat si réjouissant: le Cercle de Grâce est vivant et suffisamment contenant pour recevoir un Tambour Mère !

Durant les cérémonies

Il est placé dans la direction que nous honorons ou au cœur du Cercle. Amené par sa Gardienne, il est découvert par une femme du Cercle des Anciennes. Le Cercle des Anciennes a créé sa fourre lors d’initiations; dans cette fourre sont inscrites les compétences et les rêves de ce cercle L’Ancienne s’est préparée dans l’Intention de la cérémonie et « ouvre » celle-ci en découvrant Bisonne Lune et en appellant sa présence. En fin de cérémonie, elle passe le relais à une autre Ancienne. A ses côtés, la Gardienne qui a pris soin d’elle durant 3 mois. Elle rappelle aux femmes présentes l’Intention de la cérémonie et comment nous nous positionnons intérieurement pour jouer.

Entre les cérémonies

Les animatrices deviennent Gardienne à tour de rôle en fonction de leurs possibilités. Celle-ci reçoit un collier fait de la chair de Bisonne Lune : peau, bois, cuir utilisés lors de sa réalisation. En fin de cérémonie elle le donne à la prochaine Gardienne. Durant ces 3 mois, elle joue régulièrement avec le Tambour Mère, s’imprègne de sa présence, se laisse inspirer par des rythmes qui peuvent s’inclure ensuite dans une cérémonie. Elle crée un talisman qu’elle offre à ce tambour en début de cérémonie;  ce talisman représente l’Intention de la cérémonie, portée par toutes les femmes du Cercle.

Cette symbolisation de la présence de la Mama Drum « Bisonne Lune » et son jeu sonore (centration dans la sérénité) amène un nouvel ancrage alors que nos rites, expressifs, sauvages, mouvants car saisonniers, se déploient autour d’Elle.

Gratitude

Gratitude à Layne (1952-2013) pour son inspiration, sa vitalité à soutenir les femmes dans le monde à faire d’elles des Femmes Sacrées au pouvoir musical vivant !

Layne Redmond