La co-création est à la base de la notion même de Cercle telle que je souhaite l’appliquer dans ce Cercle de Femmes. Chaque femme porte en elle un potentiel intuitif qui a besoin de s’exprimer, de se « mettre au dehors » afin d’être reconnu. Ces ressources intérieures, souvent mystérieuses, puissantes, sont des alliées précieuses puisqu’elles mettent de côté le mental envahissant et offrent d’autres pistes, dans un inconnu prometteur.

Chaque femme du Cercle a la possibilité de faire la demande d’un rituel si celui-ci est en lien avec le vécu féminin et donc peut être la source d’entraide, de soutien, de guérison pour les autres femmes. Ainsi, du particulier à l’ensemble / de l’ensemble au particulier, nous faisons à nouveau vibrer le Cercle de Femmes.

Si chaque femme se ressemble dans une identité de genre partagée et des formes culturelles, sociales, sexuelles, corporelles qui peuvent se juxtaposer, elle diffère tout autant dans le geste caractéristique de sa destinée, de son empreinte terrestre. Ainsi, sur le plan chamanique, elles ont des contacts avec des alliés fort personnalisés !
Le travail de co-création tient compte de ces deux aspects. Mon accompagnement d’écothérapeute est de faire ce lien en encourageant les forces de la Nature à se manifester dans notre créativité.

Le Cercle de Grâce se transforme au fil des années et ce, toujours dans un esprit de collaboration horizontale. Au printemps 2011, nous avons constaté que la grandeur de notre cercle arrivait à son apogée. Les rituels engagés ne pouvaient plus être suivis avec un tel engagement sans poser problème au niveau de l’énergie de chacune.

La demande de rituels devient une demande à considérer hors des cérémonies habituelles d’équinoxes et solstices qui continueront d’avoir lieu comme cela est offert à chacune depuis lors.

Ainsi chaque femme pourra choisir de venir soit à l’engagement du rituel soit à la soirée commune de cérémonie de saisons, soit conjuguer les deux.

La préparation du rituel lui-même se fera dans un sous-groupe engagé dans cette démarche. Fortes de notre expérience, le groupe sera limité à 10 personnes (5 au minimum).
Ce travail sera donc renforcé jusqu’à son aboutissement rituélique.

La demande de rituels ne prend jamais sa source chez la thérapeute !…c’est toujours une demande d’une femme du Cercle, pour elle ET pour les autres femmes.
L’accompagnement est essentiellement basé sur l’Ecothérapie® et la pratique musicothérapeutique. Souffle et coeur participent de nos actes : voix et tambours.

Les femmes du Cercle de Grâce sont informées de la demande et peuvent se présenter pour co-créer le rituel dont elles vont faire partie. Cette démarche est réservée aux femmes du Cercle de Grâce.

Un forfait financier est demandé pour l’accompagnement de deux soirées et d’une demi-journée (ou soirée) de rituel. A définir ensemble afin de ne pas empêcher une quelconque demande d’émerger.

Je nous souhaite encore tant de promesses, tant d’inspiration, tant d’amour conjugué au pluriElles et tant de réalisations emplies de gratitude !

Que le Cercle résonne aux sons de nos voix, de nos tambours et de notre énergie féminine !

Article

Article paru dans la revue Recto-Verseau : Co-créer avec la nature, une démarche écothérapeutique.

Témoignages

« J’ai trouvé que c’était un très beau rituel. Ce qui m’a particulièrement touché au moment où je me suis trouvé au centre c’était tout d’abord l’accompagnement par la musique qui m’a porté comme la Terre, j’ai ressenti que c’était pour moi puis la façon dont on m’a touché la nuque. C’était un toucher léger, pur, encourageant et très très aimant. C’était magnifique et j’aurais pu rester des heures. »
-S.R.

« Malgré l’appel fort du départ, je n’avais pas réalisé ce que j’allais poser comme projet-intention ni comment cela allait se passait. Les rencontres entre femmes, la visualisation et les créations de nos alliés intérieurs, les dires si sensiblement vrais de chacune, nos propres réflexions pour aller plus loin, les gestes recherchés pour « voir » ce que nous avons besoin : oui, ce rituel était (est) un processus puissant en profondeur qui s’est déroulé pendant tout ce temps et pour moi il y a eu quelque choses qui s’est transformé au fond de moi et que je sens aussi agissant dans mon quotidien. Merci. »
-A.K.

« Le moment le plus fort était lorsque j’étais accroupie que les tambours me semblaient être une tempête, voir un tremblement de terre, une apocalypse même. La terre tremblait, grondait, était furieuse. Et moi je m’agrippais à elle et j’étais en sécurité malgré sa fureur. La terre était certes en grande colère, mais elle était juste et bonne. Et d’un coup j’ai entendu un message très, très clair. Ma première réaction a été de me dire que c’était une phrase « cliché », puis je me suis dite que ce message est sérieux, à accueillir avec gratitude, et à travailler, car plus profond que ce qu’il me semblait dans un premier temps. »

« Ce que j’aime c’est ces moments ou seule chez soi devant son ordinateur, on découvre la préparation ou d’un rituel ou d’une célébration, avec ce petit travail que Marianne nous demande toujours à ce moment. C’est pour moi le moment où l’on réfléchit à ce que l’on va amener, mais également échanger, transmettre. C’est aussi l’occasion de rentrer à l’intérieur de nous et de voir ce que le thème proposé nous évoque, comment on a envie nous de le travailler pour nous, avec quelles alliances ? Ce qui sortira ensuite lors de la soirée sera partagé dans le sonore mais les intentions qu’on y a placées personnellement vont faire leur chemin et nous amener de nouveaux éléments de réponse, enrichir notre vécu, vous l’aurez compris… je suis femme ! »
-C.R.

« Ce qui était important pour moi c’était de transmettre, de faire passer, de faire vivre ce que j’avais déjà préparé en moi. C’est la femme que j’y ai rencontré, cette femme blessée mais dont les richesses, la générosité, l’amour, la rondeur, m’ont donné envie de la découvrir encore plus et plus encore de la partager avec vous toute, amener un peu de ma ‘médecine personnelle’, toute fraîche et encore jeune, fragile mais qui me fait grandir sur mon chemin et ce chemin, il est entouré de personnes incroyables qui m’apportent chacune leur expérience, leurs forces, leurs faiblesses et qui m’amènent à évoluer et à retransmettre ce que je reçois qui est fort, rempli d’amour. »

« Un rituel, qui est plus personnel, réclame cette empathie, cette écoute si particulière. Quand l’émanation de la femme au centre nous touche au plus profond de nous même et que l’accompagnement se mue en souffle de Vie qui vient des profondeurs de l’Unité. C’est comme si l’âme de la Femme au centre suspendait notre voix dans l’espace et notre main à la baguette du tambour… »
-V.O.

« Je me souviens juste que j’étais restée perplexe durant tout le rituel et que ce n’était que des semaines plus tard que je réalisé le sens profond de cette perplexité!!! Depuis, je sais qu’il  y a pour moi trois temps: la préparation (le labour), le rituel lui-même (l’ensemencement) et ensuite, dans les jours/semaines qui suivent: la germination et la croissance. »
-P.W.

« J’ai trouvé une vraie empathie dans la préparation du rituel et ces deux soirées si riches dans la diversité des unes et des autres et tellement semblables.
Le moment sacré dans le SONORE je l’ai vraiment senti spécialement dans ce que j’ai vécu dans le rituel, cet « appel » qui avait tout son sens. Les tambours et de sentir proches les âmes soeurs réconfortantes étaient doux à mon âme et j’ai senti que je n’étais pas seule, j’étais accompagnée dans ce que je vivais. »
-V.G.